Dom Pérignon par David Lynch

50ad0bd952c7a.jpg

Paul Morand l’avait compris : « Un verre de Dom Pérignon et je me laisse glisser dans l’éternité ».

C’est ce voyage vers l’éternité qu’illustre le nouveau co-branding de Dom Pérignon avec David Lynch. On avait eu Andy Warhol, plus récemment Karl Lagerfeld et c’est au tour du cinéaste aux multiples talents de mettre en exergue l’identité forte du Dom Pérignon.

L’ambassadeur de l’art de vivre à la française et du glamour n’a pas choisi David Lynch par hasard. L’univers Lynch allie atmosphères oniriques et envoûtantes à une beauté mystérieuse défiant les normes. D’après lui, « La créativité doit exprimer la nature profonde d’une chose ». Telle est l’essence même du Dom Pérignon,une création envoûtante dont le mystère réside dans les profondeurs gustatives.

La collaboration avec David Lynch met en lumière le Dom Pérignon Vintage 2003 et le Dom Pérignon Rosé Vintage 2000. Ces deux cuvées de prestige sont au champagne ce que la Haute Couture est à la mode.

« The power of creation » est l’appellation de ce mariage entre les deux maîtres de l’excellence.

David Lynch entreprend un tir expérimental en éclairant l’emblème de la Maison par le biais d’étincelles, de flammes et de lasers phosphorescents pour retranscrire l’éternité sans limite du spiritueux. Ces halos de lumières créent une intimité charnelle et recluse, qui emmène le dégustateur du Dom Pérignon dans les abîmes fruitées et fumées de ses millésimes.

L’Edition Limitée d’Hennessy Very Special par Futura

icon_icon_hennessy_furtura_cognac_2013_art_colette_lvmh_collaboration_navarre_marketing.jpg

Futura, l’artiste new-yorkais Leonard McGurr, signe une collaboration artistique avec le leader mondial du Cognac, Hennessy, qui n’en est pas à sa première. Le spiritueux de luxe inspire le milieu du hip hop depuis Tupac ; Futura, né en 1955, devient graffeur dès les années 70. Bombant les espaces publics et les rames de métro, il place la création au-dessus des normes, au-dessus des attentes et des moralités sociales dans un mouvement vers l’avant qui, d’ailleurs, constitue son sceau : une myriade de petites flèches.

Bref, il lui a fallu une décennie pour entrer et faire entrer son style pionnier d’expressionnisme abstrait dans la catégorie de l’Art : le « street art » est né, n’en déplaise aux rames du métro n°5 de New-York teintées par ses soins. Et, Hennessy partage l’intérêt de Futura pour la rencontre de l’Art et de la fonction, ne pouvant qu’acquiescer face à son style coloré, ses formes, ses lignes audacieuses qui confèrent à son caractère artistique une note de familiarité. Naturellement, la maison se tourne vers ce partenaire de choix pour la grande aventure créative de l’objet visuel qu’est la bouteille de cognac. Sans vulgarité, Futura capte le mouvement du cognac tournant dans un verre à travers l’emploi d’éclats de jaune mordoré ; sans plagier, Futura empreinte l’emblème du bras armé d’Hennessy pour en faire une note d’histoire dans son propre univers largement inspiré de la science-fiction : dans cette complexion de deux environnements, le passé épouse le futur.

Mais, l’art des assemblages est d’abord revendiqué par la maison : notes onctueuses, notes de forts caractères, ainsi le cognac Hennessy fleure votre proue avant de tinter en bouche. Un moment unique de dégustation, un moment unique de visualisation. La bouteille « Very Special Limited Edition by Futura » est lancée, après avoir été exclusivement chez Colette, sur la scène internationale : on peut la retrouver au Japon, en Australie, en Russie et d’autres pays encore.

Krug Rosé, L’audace de l’Excellence

krug_img.jpg

Créée en 1843 par Johann Joseph Krug, qui a instillé la dynamique de ce champagne, la maison Krug s’est imposée comme leader sur le secteur. La participation à l’Exposition Universelle de 1900 de KRUG lui a permis de se positionner parmi les plus grandes maisons de Champagne, d’autant plus qu’elle en a gagné le Premier Prix. Vendue à Rémy Martin dans les années 70, elle passe dans le giron de LVMH en 1999, mais garde néanmoins les techniques de vinification propres à Krug. Le respect draconien – même après 6 générations – des règles permet l’élaboration de ces œuvres d’art. Le champagne Krug est en effet né de la volonté de créer un champagne au goût extraordinaire et consistant, qui n’existait pas à l’époque. Pour définir le style Krug l’actuel directeur Olivier Krug affirme qu’il « rappelle toutes les caractéristiques d’un grand vin, c’est riche en arômes, c’est complexe, c’est long, c’est profond »Ainsi, ce champagne – équilibre entre la force d’un grand vin et la beauté d’un grand champagne – se marie naturellement avec les cuisines les plus raffinées.

C’est dans la lignée du renommé Krug Grande Cuvée que s’inscrit le Krug Rosé, avec l’ambition toujours renouvelée de transcender la notion de millésime. Il réussit le défi d’être à la fois délicat et subtil, tout en offrant une palette aromatique inédite par sa profondeur. Une sélection exigeante des vins de trois cépages différents, issus de plusieurs récoltes et d’un Pinot noir macéré en conservant les peaux lui confère une couleur et une texture uniques pour un champagne rosé. L’excellence de ce champagne est due au respect de « piliers » définis par la maison. On pourrait citer la sélection très minutieuse des raisins, mais également la vinification particulière dans des petits fûts de chêne traditionnels et très anciens qui permettent un échange mystérieux entre vin et oxygène. Mais, c’est l’assemblage – de crus, de millésimes, de terroirs – qui donne la valeur ajoutée au champagne Krug et lui permet de ne pas se cantonner dans un millésime ou une spécialité puisque sa Grande Cuvée n’est pas datée.

Le Krug Rosé s’inscrit dans ce savoir-faire qui lui permet d’exprimer sa différence, son exception. Qualités qui se traduisent par des bulles fines et régulières et par une robe cuivrée exceptionnelle. Krug ne commercialisant ses champagnes que cinq ans après la mise en bouteille, ce Rosé est prêt à déguster, seul ou pour accompagner des plats épicés, un dessert ou les repas de fêtes des vacances de Noël qui approchent doucement. Nul doute que la fraîcheur, la finesse et le caractère de ce champagne raviront les Krug Lovers – des personnes vouant un culte à la maison – et les autres amateurs de champagne. Et pour ceux qui n’auraient jamais eu la chance de déguster un champagne Krug, le premier verre pourrait bien être une « révélation » pour reprendre les mots d’Olivier Krug, tant son style tout en richesse, élégance et intensité marque et ravit l’amateur.

Moët Ice Impérial

posts-46.jpg

Trois ans après la sortie de son détonnant Moët Ice, la Maison d’Epernay nous gratifie d’une somptueuse malle de dégustation entièrement consacrée à ce champagne conçu pour être dégusté avec des glaçons.

 Moët & Chandon est reconnue comme étant la maison qui a fait découvrir le champagne au monde, imposant les plus nobles traditions en la matière. Mais, loin de se reposer sur sa seule renommée, cette maison vieille de près de trois siècles innove et surprend. Ce champagne, commercialisé uniquement l’été, propose une nouvelle façon de déguster du champagne, idéalement sur la plage ou au bord de la piscine. En effet, sa fraicheur et l’ajout d’une touche de fruits rouges frais conviennent parfaitement à la saison estivale. 

Pour abriter et, à l’occasion, transporter ce champagne d’exception Moet & Chandon propose une sorte de coffre-fort pouvant abriter 20 bouteilles, 24 verres – des Cabernets, obligatoires pour bien le déguster – et, bien sûr 4 seaux à glace que l’on pourra remplir de glaçons frais grâce à un système réfrigéré. S’il est disponible à la vente pour la somme de 8500€, une location de 3 heures est possible accompagnée des services d’un maitre hôtel du 15 juin ou 15 juillet à Paris puis jusqu’au 15 août à Saint-Tropez. Certains diront que l’ajout de glace dilue le goût et la force de ce champagne. Mais, une chose est sûre : la sortie de cette malle d’exception est l’occasion pour tester ce champagne rafraichissant et, pourquoi pas, s’offrir de quoi le stocker…

L’Ex Meilleur Restaurant du Monde Met sa Cave aux Enchères

posts-66.jpg

La vente de la cave du restaurant catalan elBulli a remis dans la lumière le vin Romanée-Conti. Ce vin pluriséculaire s’impose aujourd’hui comme le plus grand Bourgogne mais aussi comme un des plus prisés au monde.

Pour comprendre l’engouement et la notoriété dont jouit actuellement La Romanée-Conti, retraçons sa légende. Le domaine de la Romanée-Conti se cultive sur un seul domaine grand de 1,63 hectare, minutieusement choisi et entretenu depuis le XIIIème siècle. En près de dix siècles, ce vignoble n’a connu que 9 propriétaires, dont le prince Louis-François de Bourbon, prince de Conti qui a légué son nom en 1760. . C’est un vin issu du pinot noir fin, caractéristique du climat la Bourgogne Aubert de Villaine dirige depuis plus de 40 ans ce domaine et a adopté une philosophie très respectueuse de la terre et très humble. Ce qui est extrait de la terre doit lui être restitué, les produits chimiques sont proscrits et les instruments mécaniques sont limités, on a même récemment réhabilité l’usage du cheval, moins destructeur. Les conditions climatiques et l’entretien des terres confèrent à ce vin cette saveur si particulière. Ce domaine est tellement reconnu qu’un homme a menacé de l’empoisonner si les propriétaires ne lui donnaient pas un million d’euros. Heureusement, il en a été empêché.

Fort d’une tradition majestueuse, de conditions climatiques favorables et désormais d’une vinification ‘biodynamique’, le Domaine de la Romanée-Conti est reconnu par beaucoup de spécialistes comme le meilleur vin rouge du monde. La preuve en est que le meilleur restaurant du monde des années 2000, le catalan elBulli, agrémentait ses mets de ces crus. Cet établissement de 50 places tenu par le chef Ferran Adrià, père de la cuisine moléculaire, s’était vu attribuer les 3 étoiles Michelin mais a décidé d’arrêter cette activité pour se consacrer à la fondation elBulli.

Ainsi, après une première vente aux enchères le 3 avril dernier à Hong Kong, une seconde s’est tenue à New York le 26 avril pour des montants respectifs de 1,4 million de et 913 605 dollars. Les bénéfices – 700 000 dollars pour la seule seconde vente – seront reversés à l’association elBulli qui devrait ouvrir un restaurant en 2014 pour permettre aux chefs de créer, d’innover. Dans le lot des bouteilles vendues, on retrouve l’excellence des Romanée-Conti puisque 3 bouteilles de 1990 sont parties pour plus de 56000€. Cette vente aux enchères a également consacré l’intérêt que portent les acheteurs asiatiques – notamment les hauts dignitaires chinois – aux vins Romanee-Conti. Cet attrait combiné à la puissance économique a fait que 7 des 10 lots les plus prestigieux ont été raflés par des acheteurs asiatiques. Si la maison Romanée-Conti ne fait pas montre de son excellence avec faste comme certains de ses confrères, il n’en demeure pas moins qu’elle s’est imposée à force de travail empreint de modestie, de respect de la nature, comme celle proposant le vin le plus prestigieux du monde.