Diptyque, La Bougie Haute Couture

hf_c_choisya_mex-orange-blos_floral.jpg

Au bout de l’avenue Saint-Germain, au numéro 34, tout près du restaurant la Tour d’Argent se trouve le mythique magasin Diptyque. En 1960, ce n’est pas encore l’écrin de luxe réservé aux initiés que l’on connait aujourd’hui : les trois fondateurs Christiane Gautrot, architecte, Desmond Knox-Leet peintre et Yves Coueslant administrateur et décorateur de théâtre y vendent tissus et papiers peints de leur création.

Peu à peu, avec un goût très sûr, le trio transforme la petite boutique en un bazar chic inédit à Paris, un “marchand de rien” comme les baptisent Henri Gault et Christian Millau. C’est alors le seul endroit en ville où l’on peut découvrir des objets insolites ou tout simplement très beaux, chinés et customisés par le trio au gré de leurs voyages en Irlande, au Maroc, au Mexique, en Inde ou encore en Italie. C’est dans ce contexte particulier que le trio parisien s’associe à un parfumeur anglais pour créer ses premières bougies en 1963 : Aubépine, Cannelle et Thé, des senteurs exotiques inédites pour l’époque. Embaumées, envoûtantes et chaleureuses, les bougies, alors moulées dans des simples verres achetés à l’Hôtel de Ville, sont tout de suite un succès. Avec leur étiquette marquée d’inimitables lettrines noires sur un ovale blanc, leur charme simple et discret plait.

Au fil des années, les senteurs se multiplient mais, les créateurs, passionnés d’authenticité et toujours dans une quête de beauté sans ostentation, n’utilisent que des matières premières naturelles comme la fleur d’oranger ou la feuille de cassis. La marque réalise elle-même un mélange de cires qui s’accordent à chaque parfum de bougie. En paraffine de qualité supérieure, non toxique pour les humains et l’environnement, cette cire de premier choix permet aux bougies diptyque d’avoir une durée de combustion encore inégalée. Si la maison commercialise depuis 1968 près de 16 eaux de toilettes ; “les fragrances les plus proussiennes qui existent” dixit Phillipe Starck; ce sont les bougies qui suscitent intérêt et dévotion. C’est d’ailleurs ces bougies qui ont été choisies par Meghan Markle pour décorer et parfumer son mariage  avec le Prince Harry.  

Au temple de la “Haute Couture de la Bougie” selon Marisa Berenson, le geste pour vous faire humer la cire parfumée est semblable à celui d’un rituel entre magie et raffinement. 

Olivia Putman Réinterpréte l’Inimitable L’Air du Temps de Nina Ricci

posts-45-1 (1).jpg

L’Air du Temps de Nina Ricci, le plus contemporain des classiques, le parfum aux six flacons revient en 2013 sous une forme inédite, imaginée par l’architecte d’intérieur Olivia Putman. 

Née en 1948 par la volonté d’un homme, Robert Ricci, L’Air du Temps a traversé des âges : il s’en vend aujourd’hui un flacon toutes les quinze secondes. Pour l’époque, c’est alors une véritable innovation : une senteur fraîche et aérienne qui vient briser les codes capitonnés et les senteurs lourdes des parfumeurs de l’après-guerre. Célébrant une féminité légère et insouciante, l’Air du Temps est composé d’un bouquet d’une trentaine de senteurs; bergamote, oeillet, bois de rose, santal, cèdre ; sa note fraiche enivre d’un message qui traverse le temps alors même que son nom évoque l’intemporalité : « Mon but a toujours été de donner à la réalité les couleurs du rêve », confiait Robert Ricci. 

La créateur souhaitait pour son parfum un flacon aussi élégant que son sillage. Et c’est Joan Rebull qui dessine le premier en 1948 : sur le “Flacon Soeil”, la colombe, signe de paix, de douceur et de noblesse, est déjà présente, discrètement gravée sur le bouchon. En étroite collaboration avec la créateur, Marc Lalique réalisera en 1951 le premier modèle en cristal représentant le mythique couple de colombes “célébrant la paix et l’amour retrouvés”. Élu “flacon du siècle” en 1999, il sera utilisé par Andy Warhol pour créer le décor des vitrines d’un grand magasin newyorkais quelques années plus tard. Au fil du temps, plusieurs artistes, dont Phillipe Starck, vont réinterpréter l’objet et apporter leur contribution à l’immortalité de ce parfum si particulier.

En 2013 c’est au tour d’Olivia Putman, designer, architecte d’intérieur et fille d’Andrée Putman, de nous livrer son interprétation du célèbre flacon de Lalique, qu’elle décore de liserés bleu Klein. Du bleu « comme le ciel et la mer qui évoquent infini et liberté » dit-elle. Un écrin sobre, élégant et fidèle aux codes de la maison, sublimé par un coffret tapissé de damiers, la signature des Putman.

Kristen Stewart Reste l’Egérie de Florabotanica de Balenciaga

posts-54.jpg

Kristen Stewart reste – malgré le départ de son mentor Nicolas Ghesquière – l’égérie de Balenciaga. La belle américaine, déjà représentante du parfum Florabotanica vient de confirmer la nouvelle.

Avec ses traits délicats et son look un peu rock’n’roll, la jeune Kristen Stewart  a ensorcelé Hollywood, puis le monde entier. Après le départ de son maitre à penser dans la mode, on aurait pu penser qu’elle en fasse de même, il n’en est rien.

Il y a un an, Kristen apparaissait déjà, détachée et impertinente, sur la campagne de Florabotanica ; ultime fragrance de l’ère Ghesquière. Une photo où Steven Meisel a parfaitement réussi a capter l’alchimie juvénile de cette fragrance mythique. Conçu comme un essai de senteur, une création olfactive expérimentale, le parfum dégage une atmosphère contemporaine et romanesque, à l’image du Balenciaga de Ghesquière, entre classicisme authentique et science-fiction.

Réalisé par les célèbres parfumeurs Jean Christophe Hérault et Olivier Polge, la composition s’aborde dans un premier temps au masculin: la note poussée de vétiver, l’ambre, la feuille de caladium assume l’accord de rose mêlée à la menthe et à l’œillet. Un effluve mystérieux, qui laisse peu à peu découvrir une fragile féminité… A l’image de la fille Balenciaga.

On a Vu l’Exposition n°5 Culture Chanel au Palais de Tokyo !

posts-57-1.jpg

Cette semaine, nous sommes allés au Palais de Tokyo où l’exposition la plus Haute Couture du moment a lieu du  5 mai au 5 juin 2013 autour du  célèbrissime parfum n°5 de Chanel. L’occasion de ravir notre odorat du raffinement même qu’est le premier parfum de Gabrielle Chanel et de connaître sa véritable histoire.

Un véritable appel au sens au palais de Tokyo, on s’en prend plein la  vue dès notre arrivée par le jardin du danois Piet Oudolf , horticulteur  de la nouvelle vague Naturaliste, qui exprime une véritable évocation poétique. L’âme de Gabrielle Chanel se ressent en ce lieu plein d’histoires. L’épopée  de ce parfum démarre dès la mort d’ Arthur « Boy » Capel ,  le plus grand chagrin d’amour de Gabrielle Chanel. Boy est sans aucun doute, celui qui a fait d’elle une femme moderne et curieuse de tout. Il lui transmet une véritable passion pour la littérature et l’ésotérisme. Ce parfum, il est pour lui. L’amour dont Gabrielle ne se remettra jamais, va la plonger dans un mutisme certain et va transformer son chagrin en véritable volonté d’ « hommage ». Elle va chercher à l’honorer et se concentrer sur la création de l’odeur exacte qui représentera son amour pour lui. Voilà comment le n°5, tout premier parfum de la maison, nait.

Une fois le jardin traversé, l’impression d’entrer dans la sphère intime de celle qui est le symbole de l’élégance française nous envahit. De la mort de Boy aux différentes représentations d’elle, par ses amis surréalistes, l’envers du décor nous est dévoilé. En effet, on découvre le lien privé qu’avait Gabrielle Chanel avec certains artistes du mouvement Dada et du  surréalisme qui l’ont, de nombreuses fois, représentée par des calligrammes ou autres créations artistiques. L’Art a eu un impact dans ses créations, notamment dans la présentation du flacon : l’étiquette tend a rappeler les papillons Dada, très courts textes imprimés sur un papier blanc. La sobriété même qui deviendra bien des années plus tard, le chic du minimalisme. Ce tout premier parfum qui n’est autre qu’une réminiscence d’un amour perdu porte le chiffre 5. Chiffre qui inspire les artistes, chiffre porte bonheur qui marquera la vie de Gabrielle car il apparaitra même sur sa tombe. Poursuivons notre visite a l’étage où nos sens sont mis en éveil. Un immense flacon gouverne au milieu de la pièce entouré de petites boites en plexiglas laissant l’odeur inimitable du n°5 régner dans toute la pièce. 

A ne surtout pas manquer : une quantité de livres sont disposés afin d’en apprendre plus sur cette grande dame de la mode ainsi que ce parfum devenu emblème de la maison Chanel. Un livre retient néanmoins notre attention. La graphiste Irma Boom sa vision moderne de l’univers de Gabrielle Chanel par la technique d’embossage, sembable a du braille, propre a la graphiste. Tout au long de cette exposition, on en apprend plus sur la façon artistique dont le parfum a été porté au nu que sur  l’intention première. En effet, personne ne l’avait  prédestiné   à  devenir une véritable oeuvre d’art. Il est devenu ce qu’il est par les rencontres et affinités de Gabrielle Chanel avec le monde artistique des surréalistes et ce qu’ils en ont fait par la suite. « Le temps travaille pour moi. » Par cette phrase, Gabrielle  Chanel démontre la pérénité du sacre n°5. D’un souvenir amoureux, n°5 n’est pas qu’un simple parfum, c’est une œuvre d’art qui a marqué l’histoire Chanel et qui continue, aujourd’hui encore a faire parler de lui et déplacer la foule « Pour être irremplaçable, il faut être différente. ». Belle leçon de vie et de mode que Coco nous donne. 

 Exposition à voir de toute urgence ! 

N°5 Culture Chanel

Du 5 mai au 5 juin 2013

 PALAIS DE TOKYO 
 

13, avenue du Président Wilson 

75 116 Paris

 

J’adore by J’adore de Dior

icon-icon-jadore-de-dior-perfume-parfums-fragrance-charlize-theron-dio.jpg

There are some perfumes that seem to have always existed; we feel like they’ve accompanied us since forever. Marlene Dietrich, Grace Kelly, Greta Garbo, and Marilyn Monroe never knew J’adore by Dior, and yet, their presence in Jean-Jacques Annaud’s commercial is natural, even rooted in a compelling necessity.

J’adore is a fragrance for the quintessential Dior woman: timeless, elegant, powerful. This is exactly how Calice Becker, the master perfumer responsible for the fragrance’s initial conception, wanted it. Her only constraint was to respect the true spirit of the Dior brand.

“After women, flowers are the most divine creations”, fantasized Christian Dior. For J’adore, Calice Becker wanted to capture the aura of a bouquet of flowers bathing in soft, ponderous sunlight. A delicate union of violet, champaca flower, and orchid, with undertones of blackberry musk gracefully blending with amaranthine. In distilling the entire concoction, Calice Becker makes the radiant and delicate essence of a flower spring forth into the nostrils.

Embodied by Carmen Kass at the time of its initial creation in 1999, then by Charlize Theron since 2004, J’adore has the power to deck out any woman who puts it on in gold.

« Une Femme Sans Parfum Est Une Femme Sans Avenir. » Coco Chanel

50acfcf474a2a.jpg

1921, après avoir initié la coupe garçonne, donné ses lettres de noblesse au Jersey, alors que son style est devenu une pierre angulaire de la mode parisienne, Miss Coco Chanel complète l’inventaire de la femme Chanel en y apposant l’ultime touche d’élégance : la fragrance.

A l’époque, Coco s’est éprise du Grand-duc Dimitri Pavlovitch, exilé à Paris. Par son entremise elle fait la connaissance d’Ernest Beaux, ancien parfumeur à la cour des tsars russes ; elle ne tarde pas à lui confier la confection de son premier parfum. Ce nez lui confectionne deux séries de senteurs : numérotées de 1 à 5 et de 20 à 24. Chanel choisit la n°5. Pour autant, Ernest Beaux ne pouvait être pleinement satisfait de sa création : l’odeur, trop pesante, restait au fond du flacon, et risquait de peser sur la peau, oubliant alors de se répandre à leur passage. Son génie le guida vers l’aldéhyde (des molécules de synthèse capturant une vague odeur d’alcool) : une fois injectée à la substance première, le parfum prend son envol. C’est cela qui apporte la touche de sophistication, cette pénétrante odeur qui surpique l’olfactive odeur de sainteté.

Si la femme était définie par son odeur, par ce qu’elle dégageait, si le parfum était l’aura de la féminité? Chanel semble avoir imaginé, à sa façon, la fragile dichotomie féminine : passion ou raison, qui doit décider? Aussi, l’aura des deux amants enferme la fragilité de l’essence féminine sous une robuste fiole aux allures de flasque dessinée par le Duc. Quand il a fallu donner un nom à la postérité, Chanel a laissé la vie décider pour elle : « je présente ma collection de robes le 5 du mois de mai, le cinquième de l’année, nous lui laisserons donc le numéro qu’il porte et ce numéro 5 lui portera bonheur ». Le mythe est construit.

Prodigieuse !

Icon-icon-icône-phare-emblématique-emblematic-huile-prodigieuse-nuxe-oil.jpeg

L’huile prodigieuse de Nuxe. Un produit mythique. Un nom évocateur. Une vision avant-gardiste. Une obsession : embellir les femmes. Un condensé de douceur, de science, d’amour et ça fait du bien ! Un produit multiple qui chouchoute notre corps, transforme la chevelure en une matière lisse et soyeuse. Un allié beauté sans précédent !

Les stars en raffolent ! Kate Hudson confiait « je préfère les looks simples et les produits multi-usages comme l’Huile de chez Nuxe , elle a une teinte subtilement dorée et vous pouvez aussi bien l’appliquer sur vos cheveux que sur votre corps. Elle sent vraiment bon. »

Avec ses notes rosées, un zeste d’oranger, une poignée de muguet et de l’ambre, connue pour irrémédiablement attirer les hommes, un flacon qui joue les « précieux » en affichant la couleur Or, Nuxe joue la séduction ! Une séduction à laquelle nous sommes sensibles et qui fait qu’en 2012, il se vend une huile Prodigieuse toutes les 6 secondes dans le monde ! Une success Story !

Miss Dior, Un Parfum D’Insouciance

50acfe2112276.jpg

En 1948, Christian Dior décide de rendre hommage à sa sœur, Catherine, en lui dédiant une fragrance aux effluves uniques. Le délicat parfum s’inspire directement des Jardins de Granville, où le couturier a passé toute son enfance. « Fais-moi un parfum qui sente l’amour » déclare t-il à son ami d’enfance Serge Heflter-Louiche. Miss Dior était né.

Un boisé élégant, une touche de fraîcheur fruitée ainsi que des notes florales, Miss Dior résonne comme une promesse amoureuse au Printemps. La fragrance allie alchimie complexe et savoir-faire unique, qui tel un vêtement Haute Couture, la rend exceptionnelle. « Le parfum, c’est le complément indispensable de la personnalité féminine, c’est la finishing touch d’une robe » disait Christian Dior.

Autrefois, l’exquise fragrance se lovait dans un précieux flacon, aux allures d’amphore Antique, en cristal Baccarat. Par la suite, l’élégante bouteille fut transformée, arborant les symboles chers à la Maison Dior. Le parfum revêt le Diorissime motif pied-de-poule ainsi qu’un nœud poignard romantique, symbole de l’élégance et de l’audace Dior.

Natalie Portman incarne la beauté idéale, gracieuse et raffinée tel un reflet de l’esprit Dior. Une égérie parfaite qui se révèle héroïne romantique dans un Paris fabuleux. Plus tard, le Cygne Noir dira « Pour moi, le parfum, ce n’est pas un quotidien, c’est une certaine façon de s’habiller ». Une fragrance intemporelle qui symbolise un charme à la française, Miss Dior demeure à jamais élégante et insouciante.

 

Miss Dior en Quelques Dates Clés : 

2017 : Le parfum Miss Dior est célébré au château de la Colle Noire.

2017 : Evènement Miss Dior à Shanghai.

2017 : Exposition Dior au musée des Arts Décoratifs.

2017 : Natalie Portman prête de nouveau ses traits à la nouvelle eau de parfum Miss Dior, dont elle est l’égérie depuis 2010.

Juillet 2016 : Campagne Miss Dior Absolutely Blooming avec Nathalie Portman.

Juin 2016 : La Maison Dior complète sa collection Miss Dior avec « Miss Dior Body Lotion« .

Mars 2015 : Lancement de l’eau très Miss, très Dior Miss Dior Hair Mist.

2013 : Sofia Coppola réalise la nouvelle publicité Miss Dior.

2013 : Exposition Miss Dior au Grand Palais.

2013 : Miss Dior s’invite chez Harrods, accompagné entre autres de J’adore.

2013 : Dior voit la vie en rose avec Natalie Portman. Dior vient de dévoiler un nouveau spot TV pour son parfum Miss Dior, intitulé « La vie en rose ».

2012 : Expansion de la gamme avec l’Eau de Parfum qui est plus chyprée, sensuelle et florale.

2012 : Miss Dior : nouvelle campagne publicitaire avec Natalie Portman, quelques images supplémentaires mais rien de neuf ne s’ajoute à ce spot publicitaire.

2011 : « Miss Dior Chérie » devient simplement Miss Dior, le parfum reste le même.

2010 : Miss Dior Chérie par Dior, un virage radical. Dès 2010, François Demachy réinterprète la fragrance. Le parfumeur revoit entièrement la composition du parfum.

2005 : Apparition de la variante, le « Miss Dior Chérie« 

1992 : Nouveau lancement des parfums Miss Dior.

1950 : Le parfum Miss Dior est revisité. Le design du flacon est également échangé pour des axes parallélépipédiques.

1948 : Lancement de la branche Parfums Christian Dior à New York.

1947 : Christian Dior assume de parfumer les salons de ce premier parfum : Miss Dior.

1947 : Création du Parfum Miss Dior, premier parfum de Christian Dior.

1947 : Le nom de Miss Dior naît d’une exclamation de Mitzah Bricard en rencontrant Catherine, la sœur de Christian Dior.