Le Sac Falabella de Stella McCartney

icon_hanbag_stella_mccartney_falabella_bag_sac-à-mains-243x300.jpeg

L’Ecologie et l’environnement sont dans l’air du temps. Stella McCartney nous le prouve avec son it-bag Falabella chic et rock, constitué de cuir végétal et simili python.

La créatrice britannique, végétarienne convaincue, a conçu ce sac afin de défendre le respect de l’environnement. La créatrice explique que « la fourrure ou la peau animale n’est pas une obligation pour être créatif et avoir du succès ». Porté en sac à main, en bandoulière ou en pochette, le Falabella a déjà séduit Victoria Beckham, Charlize Theron et la célèbre actrice Naomi Watts qui l’emmènent partout avec elles dans leur vie quotidienne. Kylie Minogue le réserve quant à elle à ses soirées mondaines et prouve que ce sac Falabella est à la fois urbain et hippie chic.

Ses coloris divers, ses imprimés pop fluo et sa chaine métallique font de ce sac un objet usuel et tendance. Le Falabella possède un panel de dimensions différentes : un sac inespéré pour les femmes. Toutes les stars valorisent ainsi le travail de Stella McCartney dont les valeurs philosophiques sont sans cesse applaudies.

Très récemment, la jeune créatrice a ainsi fait appel à quelques artistes afin de lancer une nouvelle gamme de Falabella unique et artistique : David Foox a ainsi crée un it-bag en version peinte qui s’est vendu aux enchères tout récemment, au profit d’organisations environnementales. Originalité et créativité sont donc les maitres mots de Stella McCartney assurant à sa carrière un succès incontestable. On lui souhaite !

Hermès Vintage

50acef252fe45.jpg

 Demain – Mardi 30 Octobre – le rendez-vous immanquable est au Rond-Point des Champs-Elysées, à Paris. La maison Artcurial, comme chaque année depuis bientôt dix ans, met aux enchères des objets de légende : des pièces du vestiaire vintage de la maison Hermès.

Du Birkin au Kelly, en passant par le Carré et la Cape Cod, tous les objets sacrés du sceau H, ayant appartenu à des particuliers, y seront vendus, en plus de la sellerie et, bien entendu, du prêt-à-porter… Il n’est pas rare d’y voir un carré partir pour 60€, un sac à main pour 4000€ ; parfois même, des pièces y sont vues pour la première fois. Bref, près de 800 pièces présentées, mais chut, que cela reste secret!

La Sneaker Isabel Marant

Icon_sneaker_basket_isabel_marant_Benny-225x300.jpg

Au commencement était la basket : épurée, efficace, à l’exclusivité des sportifs, inventée par William Foster en 1890. Pas à pas, la basket se crée et se recrée sous les idées brillantes de quelques marques.

A partir des années 80, celle-ci prend son envol, la culture pop se l’approprie, on la voit au pied des stars, skateurs, rappeurs et autres. Elle s’est enfin libérée de son carcan pour descendre dans la rue et devenir ainsi un véritable emblème de mode.

Et pourtant ! La vraie révolution sera celle de 2010, lorsque la styliste Isabel Marant se penchera sur cet objet et nous livrera un pur OFNI (Objet Fashion Non Identifié) shoesesque.

Celle qui a commencé à 14 ans dans la chambre de ses parents, qui se considère comme une autodidacte et qui finira, après plusieurs pérégrinations, par créer sa propre marque en 1994, ne dessine pas pour elle mais pour une femme qui la touche et lui donne envie. Tout en s’inspirant du hippy chic pour ses collections et de cette femme qui la fascine tant, Isabel Marant arrive à rester fidèle à son style tout en sachant le faire évoluer.

Ce qui peut expliquer comment, à chacune de ses collections, cette brillante designer arrive à nous sortir de son chapeau un modèle qui deviendra un it. Telle est la success story de ses sneakers : que ce soit Bird, Bobby, Betty, Beckett ou Bazil, à chacune de leur sortie, celles-ci se vendent comme des petits pains et se retrouvent sold out en un rien de temps ! Voilà pourquoi ceci est une révolution : Isabel Marant a réussi là où personne n’était parvenu : elle a su mettre de la féminité dans la basket. Talons compensés, tantôt sobres, tantôt colorées, à scratch ou à lacets, en jean ou en suede, ces sneakers vont avec tout ! Avec pléthore de modèles, difficile de commettre un fashion faux-pas. Copiées à outrance mais jamais égalées, les sneakers IM ont su conquérir toutes les femmes en évitant l’écueil de la lassitude.

Et nous sommes ravis de vous présenter Benny, le dernier-né de la famille. Bientôt en vente, mais attention ! Soyez dans les starting blocks car nous gageons que ce modèle ne restera pas disponible très longtemps…

La See-Through Dress d’Yves Saint-Laurent

ysl_see_through_dress_600x450.jpg

1968, l’année de toutes les audaces. Alors que la rue s’éveille et brise à coup de pavés le carcan d’une société qui ne lui correspond plus, Yves Saint Laurent devance la tendance minimaliste des années 60-70 et prône un retour à la nature, amorçant une des tendances majeures des années 70. Là où les courbes féminines s’effacent au profit d’une robe qui se fait simplement signe, la See-Through Dress, toute de mousseline tombe sur le corps, accentue la taille auréolée de plumes d’autruche et sublime ce qu’il fallait jusqu’à présent cacher, les seins. L’image fait le tour du monde. Scandale est fait, la presse américaine, sans doute trop frileuse à l’époque, ne pourra même pas publier ces photos. Conçue sur le corps de sa muse Danielle Luquet de Saint-Germain, la robe transparente témoigne de cette époque mouvante où les femmes deviennent de plus en plus actrices de leur vie, maîtresses de leur corps et par là-même de leur sexualité.

Quarante ans plus tard, Laetitia Casta rendit hommage à Yves Saint-Laurent en portant sa robe mythique lors de la cérémonie des Césars en 2010. Venue remettre le prix du meilleur second rôle masculin, l’ancienne muse du créateur, suscita l’émoi du public et de la sphère médiatique en dévoilant ses courbes nimbées d’une sombre mousseline. Même l’acteur Harrison Ford à qui l’on décerna le César d’Honneur déclara qu’il y a « des robes que l’on ne pourrait porter à la télévision chez nous. »

Pierre Bergé avait déclaré à propos du smoking « J’aime Le Smoking parce qu’il représente l’instant où Yves a donné le pouvoir aux femmes. » À travers la See-Through Dress, le créateur prouve que les femmes peuvent ainsi avoir le pouvoir sans pour autant renier leur féminité. 

Lady Dior dans les Hamptons

50a618b7df1dd.jpg

Comme surprise dans sa tentative de retrait, Marion Cotillard revient dans une publicité plus naturelle, plus fraîche bref, plus douce ; signée Jean-Baptiste Mondino pour Dior.

Déjà plusieurs années que la « frenchie » accompagne, de ses grands yeux bleu nuit encadrés d’une profonde chevelure surpiquée d’une gracile assurance, le Lady Dior. Une star opaque dans un monde qui aime s’épancher, Marion Cotillard est une actrice au jeu naturel qui, sans se fausser, passe du jeu à l’être. Une lady discrète, une lady solaire, une lady lumineuse érigée pour ce sac fétiche.

Une évidence qui, une fois encore, se capture avant de se constater ; cette année, au cœur des Hamptons, non loin de New York, sur une plage désertée. De quoi clairement détonner face aux précédentes campagnes, plus urbaines, plus acrobatiques, en un mot : plus perchées.

Vêtue de tons pastels, glissée dans une robe quasi-corolle de couleur nude, Marion prend la pose tenant de sa main gauche un Lady rouge. L’iris fasciné par cette précieuse teinte aux lignes parfaites, à l’inimitable cannage reconnaissable par le sommet de l’esthétique atteint : le Lady Dior nous semble ici symbole même de passion, d’amour, ou comme écho de la fervente exaltation de la maison. Dior, encore!

Michael Phelps, Nouvelle Egérie de Louis Vuitton

Icon-Louis-Vuitton-Core-Values-Michael-Phelps-Larissa-Latynina-saved-by-icon-icon-.jpeg

Le néo retraité Michael Phelps ne traversera plus les bassins pour conquérir des médailles. Finis donc les voyages homériques de l’américain. Le natif de Baltimore a décidé de poser ses valises pour se glisser dans le rôle d’égérie de la maison Louis Vuitton.

Le malletier aime relater à travers ses campagnes Core Values des destins extraordinaires, une destinée hors du commun : « Michael Phelps est un formidable champion… Cette campagne s’inscrit dans la volonté de la marque de s’associer à des figures emblématiques, qui incarnent un sens de l’exploit et de l’engagement », rappelle t’on chez LVMH.

Rappelons les illustres prédécesseurs de Phelps : Mikhaïl Gorbatchev, Catherine Deneuve, Bono, Angelina Jolie, Sean Connery, Madonna, Sofia et Francis Ford Coppola, Keith Richards, André Agassi et Steffi Graf, Mohamed Ali sans oublier le trio de légende : Pelé, Diego Maradona et Zinedine Zidane.

Sous l’objectif de la célèbre photographe américaine Annie Leibovitz, Phelps surnommé « l’extraterrestre » du haut de ses 22 médailles olympiques, pose avec un costume trois pièces et un sac de voyage Louis Vuitton, aux côtés de celle qu’il vient de dépasser : la gymnaste soviétique Larissa Latynina et ses 18 médailles olympiques.

Un cliché qui porte comme signature « Deux parcours extraordinaires. Une même destinée ».

La Saharienne Printemps 2013 de Saint Laurent par Hedi Slimane

sahariennesaintlaurent.JPG

« Je pris soudain conscience du corps féminin. Je commençais à dialoguer avec la femme et à prendre conscience de ce qu’est une femme moderne ». Yves Saint Laurent ne façonne aucune femme pour ses vêtements, mais plutôt dédie ses compositions et offre ses confections à la femme. Ses sources d’inspiration sont intarissables : franchissant la barrière des genres, aussi bien identitaires qu’artistiques, son style est universel et atemporel.

Quand en 1967 il ouvre la première boutique Saint Laurent Rive Gauche, c’est au « safari look » que le créateur dédie sa première collection : des vêtements faits de raphia et de lin, ornés de perles de bois et de verre s’offrent aux corps féminins. C’est dans cette mouvance qu’il rêve la saharienne, un an plus tard. Tout droit inspirée de l’uniforme porté par les troupes militaires de l’Afrika Korps, la saharienne est coupée comme une chemise d’homme vague. Simple gabardine de coton en apparence, elle se métamorphose en une tunique confortable, pratique et élégante. Ultra féminine, elle est ceinturée à la taille par des maillons de bronze, et son décolleté provocant est délacé jusqu’au nombril de cordons beiges. Quatre poches plaquées à soufflet et rabat sont disposées sur le devant : deux sur la poitrine et deux sur les hanches. Lors du shooting en République centrafricaine, la veste-tunique est pour la première fois capturée par l’objectif de Franco Rubartelli, sur la silhouette sculpturale du mannequin Verushka. Véritable éloge à la nouvelle séduction, elle évoque la femme guerrière de la mythologie grecque.

Pour cet été 2013, Hedi Slimane avive les codes de cette pièce devenue iconique. Il traduit et interprète la saharienne en une robe ultra longue et féminine, inspirée des robes de soir. Elégance incarnée, elle épouse le long corps d’une sylphide. Le daim sophistique ce vêtement à l’allure féline, pour un effet seconde peau exclusif. La saharienne 2013 est ainsi plus « couture », par sa matière et par sa coupe, que son modèle originel. Le camel remplace la couleur sable, affirmant le caractère sensuel d’une peau hâlée. Les quatre poches sont toujours présentes, la ceinture délivrée des boucles. La nouvelle Amazone est moderne et éternelle à la fois, emprunte de la sensualité d’une statue romaine, d’une vestale. Transportée dans son contexte urbain, elle affiche avec volupté un chapeau à large bord, composé d’une base masculine et d’un bord capeline années 70, vecteur d’une époque à laquelle Hedi Slimane se réfère justifiant ainsi le retour de la garde-robe iconique Saint Laurent.

 

La Saharienne d’Yves Saint Laurent en Quelques Dates

 

1967 : Yves Saint Laurent montre au monde entier sa plus récente création: le look Sahara, avec la célèbre Saharienne.

1968 : Veruschka en portant la légendaire Saharienne d’Yves Saint Laurent est photographiée par Franco Rubartelli pour Vogue Paris.

1969 : YSL pose avec les mannequins Betty Catroux et Loulou de la Falaise en portant la Saharienne.

1969 : Catherine Deneuve est protagoniste du film La sirène du Mississippi où elle porte une version courte de la Saharienne.

1970 : La Saharienne apparait dans Elle magazine avec des mannequins en portant pantalons droits, toiles avec lacets et chaussures en cuir par Yves Saint Laurent.

1972 : Marie Claire révèle le look Safari avec un blouson vert, une robe kaki et un chapeau.

1981 : Catherine Deneuve habillée en Saharienne Yves Saint Laurent avec lacets alors qu’elle est photographiée par Helmut Newton pour la nouvelle campagne publicitaire.

1983 : La collection Saint Laurent Rive Gauche inclut la Saharienne avec une ceinture fine.

1985 : Le film Out of Africa avec Meryl Streep popularise la Saharienne pour la première fois.

1991 : La collection Printemps/été prêt-à-porter montre une grande variété d’additions au look Safari y compris couleurs plus clairs comme le blanc et l’or et un chapeau.

1993 : Le design de la Saharienne pour la collection Yves Saint Laurent Haute Couture Printemps/été inclut nouvelles additions comme de boutons doré et gants de serpent avec un chapeau noir.

1996 : Pour le look Printemps/été YSL réaménage encore la Saharienne.

2002 : Pour sa dernière collection YSL revisite radicalement la Saharienne en présentant elle en une grande variété de couleurs et coupures. Le défilé Printemps/été signe la fin de l’aventure d’YSL avec la Saharienne qu’il présente dans une grande variété de combinaisons.

2007Vogue montre une variante de la robe Safari avec une ceinture marron  et un chapeau panama.

2011 : La journaliste du W Magazine Giovanna Battaglia est photographiée en portant une version d’époque de la Saharienne YSL.

2011 : La Saharienne devient un parfum et une ligne cosmétique.

2012 : Dans la collection pour homme signée par Stefano Pilati la Saharienne et son monde sont protagonistes.

2012 : Keira Knightley fait une promenade dans la nature avec un look inspiré de la Saharienne YSL pour Vogue.

2013 : Le début de Hedi Slimane présente une version unique et totalement différente du look Safari du moment que la Saharienne est révolutionnée. La collection Printemps/été voit Saint Laurent donner forme à la veste et au look dans une version plus moderne qui fait face aux nouvelles tendances du streetwear et du mélange culturel.

2017 : Une nouvelle révolution arrive avec Anthony Vaccarello: dans la collection prêt-à-porter Printemps/été  la Saharienne est cuir noir avec un style underground.