La Neo Robe See-Through de Saint Laurent pour le Printemps/Eté 2019

_stl0886-2.jpg

Cela fait trois saisons qu’Anthony Vaccarello présente ses collections pour Saint Laurent face à la Tour Eiffel — la Dame de Fer servant ainsi de métonymie à l’univers très parisien de la maison, elle accompagnait cette semaine la présentation du Printemps/Eté 2019. Et c’est sur un podium conçu sur la fontaine même du Trocadéro que les femmes Saint Laurent ont défilé ; un podium stylisé de 10 palmiers… « Une touche d’Afrique du Nord » comme indiquait Vaccarello. Mais au coeur de la collection, les références à l’épopée marocaine du fondateur n’étaient que peu présentes. À la place, une vison franche d’un vestiaire sexy à la française — poétique et raffiné ! 

 

La malicieuse blouse see-through est ainsi devenue une robe pour le Printemps/Eté 2019 — une robe qui joue de la transparence dans une association inédite de plumes ! Un des emblèmes de la maison d’Yves Saint Laurent distille ici une sensualité aérienne plaçant l’érotisme laurentien à son paroxysme… À l’heure d’un retour certain des conservatismes, Anthony Vaccarrello poursuit la grammaire du génie de la mode et, d’un coup de couture ingénieux, orne la poitrine comme n’importe quelle autre partie du corps de la femme… 

 

Déjà en 1966, Yves Saint Laurent donnait le pouvoir aux femmes en leur permettant d’assumer leur corps, leurs audaces  — une certaine irrévérence, légère et franchement géniale ! Si à l’époque le scandale est certain, aujourd’hui ne reste que la grâce d’un geste d’indépendance. Cela, Anthony Vaccarrello l’a bien compris ! Il pense la néo robe see-through pour cette femme Saint Laurent qui ne cherche pas la provocation. « Une femme Saint Laurent est une personne indépendante, confiante, insouciante, libérée, audacieuse qui aime s’amuser et s’exprimer. » Une femme affranchie, s’autorisant surtout à afficher son corps comme elle l’entend ! 

Les lignes A et Corolle de Dior se Réinventent pour le Printemps/Eté 2019

_dio1297.jpg

La maison Dior n’est pas étrangère à l’univers de la danse. Déjà de son vivant, Christian Dior collaborait avec le chorégraphe français Roland Petit, en composant les costumes pour le ballet Treize Danses. Ainsi, lorsque l’an passé Maria Grazia Chiuri vint à signer les costumes d’un ballet tenu à Guggenheim pour la chorégraphe Sharon Eyal, l’actuelle directrice artistique eut l’idée de dédier sa prochaine collection au rapport très étroit qu’entretiennent mode et danse. « J’ai essayé de traduire cette idée de légèreté et de liberté. Il y a ainsi beaucoup de références Dior, mais j’ai retiré tous les corsets pour placer à l’intérieur une doublure de tulle pour maintenir le drapé. Pour la première fois chez Dior, j’ai réalisé des robes en jersey de soie. […] La silhouette est très Dior, mais en jersey, c’est complètement différent. Les gens pensent que la maison est une question de silhouette — très années 50 — mais Dior n’est pas qu’une question de silhouette, c’est une question de féminité. Nous avons donc trouvé des matériaux pour maintenir ce code dans une veine contemporaine mais différente. »

 

Ainsi exécutée, la collection Printemps/Eté 2019 libère les mythiques lignes A et Corolle autour d’une ligne structurée mais infiniment plus fluide. Exit l’équation d’une taille étranglée et exagérément mise en valeur, la grammaire Chiuri pour Dior distille des silhouettes presque liquides ! Ici la femme Dior glisse d’un pas léger et vaporeux — comme les danseuses qui évoluaient autour des mannequins ! Et une fois mêlés à des références appuyées à Loie Fuller, Pina Bausch et Isadora Duncan, les codes iconiques de Dior trouvent dans le tulle nude, les tonalités poudrées et le ton-sur-ton une poésie éclairée. 

 

Pièce phare de ce défilé entre mode et performance, la silhouette 87 ancre la ligne corolle autour d’un tissu éthéré — pas moins de 90 mètres de tulle ! Le résultat ne peut que subjuguer tant au pas de Ruth Bell, la robe virevolte et enveloppe d’une délicatesse essentielle la femme Dior du Printemps/Eté 2019. Une composition à la beauté universelle ; une élégance caressante qui, comme un souffle, vient emporter le public par-delà le pragmatisme ambient. Un mouvement qui poursuit finalement la vision de Christian Dior. Lui qui, au lendemain de la Seconde guerre, offrait aux femmes la grandeur et l’extase d’une mode flamboyante !  

La Veste Bar de Christian Dior Façon Printemps/Eté 2019

_dio0873-2.jpg

C’est le rapport au corps et au mouvement que Maria Grazia Chiuri a choisi d’explorer à travers la nouvelle collection Printemps/Eté 2019 réalisée pour la maison Dior. Autour d’une performance hautement captivante de la chorégraphe Sharon Eyal, la directrice artistique liait avec adresse danse et mode autour des codes emblématiques de Christian Dior. Ainsi interrogée, Maria Grazia Chiuri soulignait,: « C’est son potentiel comme moyen d’expression universel qui m’a inspiré […] ainsi que la radicalité des gestes de la danse contemporaine. » Et c’est sous une pluie de pétales de roses, fleur favorite de Monsieur, que le public a pu découvrir la variation inédite de la mythique Veste Bar pour le Printemps/Eté 2019… 

 

Connue dans le monde entier pour avoir redéfini la silhouette post-guerre de l’élégante, la Veste Bar est à Dior ce que la Tour Eiffel est à Paris — un puissant symbole de raffinement ! Alors, lorsque Maria Grazia Chiuri décide de l’interpréter au prisme du mouvement, c’est une vision moins aiguisée et plus souple qui s’impose sur le podium. Intéressée par la fluidité des mouvements des danseurs, l’Italienne imagine ainsi une Veste Bar subrepticement ceinturée à la taille ; une veste tenant de la seconde peau plutôt que de l’artifice ! 

 

L’icône absolue de la maison du 30, avenue Montaigne devient ici plus légère — « Dans la danse le côté naturel est primordial, tous les peuples dansent de façon différente, les enfants dansent aussi. Mais il y a aussi l’aspect de la discipline, de la rigueur dans la relation avec son corps. La mode en parle aussi, les vêtements sont liés au corps, c’est une chose très personnelle » détaillait Maria Grazia Chiuri à l’AFP. Et il est vrai que cette vision de la Veste Bar offre d’infinies possibilités en épousant le corps de façon naturelle… De façon sans doute plus organique !

La Robe Conte de Fée de Kate Middleton par la Maison McQueen

a92c67e3ae3d8fbd5723af732597c0eb.jpg

L’évènement est de taille — première mariée royale de l’ère numérique, Catherine Middleton est sur le point de se lier au Prince William d’Angleterre. Et c’est la maison McQueen qu’elle approche afin de réaliser sa robe conte de fée. La future princesse avait remarqué le travail de Sarah Burton pour la robe de la journaliste de mode Sara Buys lors de son mariage avec Tom Parker Bowles, en 2005. Près de six ans plus tard, le nom McQueen est sur le point d’être associé pour l’éternité à celui de la famille royale la plus en vue de la planète. 

2011 donc, le monde découvre la robe de mariée de Kate Middleton au moment où celle-ci quitte le carrosse qui la dépose devant l’abbaye de Westminster. Une pièce traditionnelle et séduisante, chic et inspirée — la robe McQueen distille dans une tranquillité de broderie et de tulle les gimmicks propres à la mode. D’inspiration Victorienne, la robe présente un corset doucement sensuel ; en satin légèrement appuyé aux hanches (signature McQueen) le corsage s’étend sur un appliqué de dentelle, piqués de roses, de jonquilles et de trèfles là aussi en dentelle. « Nous avons pris six types de dentelle différents et trouvé des motifs différents pour chacun […] C’est un effet de miroir complet et chacun des éléments joints et raccordés dans la jupe comme dans le corsage a été créé à la main » détaille Sarah Burton. 

Sur le tulle de soie ivoire laisse ainsi se voir tout l’artisanat traditionnel de Carrickmacross… Un artisanat qui remonte aux années 1800, ici exécuté par la Royal School of Needlework, installée au Château de Hampton Court. À l’instar du voile — 2,7 mètres de tulle de soie venant souligner là encore la référence florale. 58 boutons de gazar et d’organza, brodés à la main, figurent ce que Sarah Burton a cherché ici à inspirer : une rose anglaise sur le point d’éclore pour éblouir le monde de sa beauté. Lorsque Kate Middleton s’est liée au Prince Williams ce 29 avril 2011, le monde était en effet sous le charme.

La Robe Violon de Karl Lagerfeld pour Chloé

robe-violon-spring-summer-1983-karl-lagerfeld.jpg

C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que l’Egyptienne Gaby Aghion fait de Paris sa ville d’adoption. Très vite, la jeune femme côtoie le cercle des artistes bohèmes de l’après-guerre. Picasso, Eluard et d’autres comptent parmi les figures Rive Gauche qu’elle fréquente. Sept ans plus tard, la voici qui fonde sa maison avec pour mission d’habiller ses amies — exit la grande dame, Chloé figure une féminité naissante. Inspirée du nom de sa proche amie Chloé Huysmans, la maison de Gaby Aghion distille tout de la couture des années 1950 dans un style bien plus en phase avec l’époque. En 1956, son premier défilé organisé autour d’un petit-déjeuner tenu au Café de Flore met l’accent sur cette Parisienne espiègle, bohème mais éminemment élégante ! 

L’ambition est claire : composer une garde-robe raffinée mais décomplexée ; pensée pour des femmes qui vivent, rient, aiment et s’amusent. Cette femme, Clare Waight Keller – en poste de directrice artistique de 2011 à 2017 – la définie ainsi : « On aurait plutôt tendance à associer la maison à une hippie girl un peu rêveuse mais en réalité, au coeur de Chloé, il y a toujours eu une attitude affranchie qui défie le statu quo de la mode. » Justement, lorsque Karl Lagerfeld était en charge de la création Chloé, il a su mêler humour, fantaisie et élégance dans une pièce-icône devenue le symbole des années 1980. La robe violon capture en effet l’esprit malin d’un couturier toujours en phase avec son temps. 

Introduite lors de la collection Printemps/Eté 1983, la robe violon se place à la croisée d’un savoir-faire couture et de la fraicheur du savoir-être Chloé. De dos, la pièce donne l’impression d’un trompe-l’œil, laissant croire que la belle qui l’arbore s’est glissée dans un ensemble noir et or composé d’un boléro et d’une jupe droite…. Et c’est de face que la pièce prend tout son sens — surréaliste, la robe emprunte les découpes d’un violon. Mais violon façon Ingrès de Man Ray. Le long des cordes du motif, strass et perles et fils or se suivent pour épouser les courbes naturelles du corps de la femme. Le col officier bijouté, lui, vient ajouter la pointe de caractère indispensable aux femmes de l’époque. Spectaculaires, drôles et sexy. 

‘L’Année dernière à Marienbad’: La Robe Chanel de Delphine Seyrig

c96c2ea3741832293c431162f1932055.jpg

Si la maison Chanel est depuis toujours connue pour être le mécène de plus d’une oeuvres d’avant-garde, là voici qui renouvelle ses voeux envers le Septième Art. Contribuant cette fois à la restauration d’un chef d’oeuvre du cinéma Français, Chanel concourt à la conservation d’un pan de l’histoire artistique. Réalisée en 1961, le film ‘L’Année Dernière à Marienbad’ conte un huis clos onirique où se confondent illusion et réalité. Dans un palais baroque Allemand entouré de jardins à la Française, l’actrice principale, Delphine Seyrig brille par son aura de femme atemporelle et distante, conventionnelle et flamboyante. Glissée dans des robes à la simplicité renversante — ces mêmes robes signées Chanel. 

Dans le rôle de A, la femme à la chevelure courte et brune, Delphine Seyrig adopte les pièces phares de la maison Chanel. En vedette, la petite robe noire en mousseline. ‘La Ford Chanel’ devient ici « la robe à la Marienbad“ — dentelles foncées et perles claires, l’équation Chanel, déjà mythique, démontre ici toute sa force narrative. La robe créait tout de l’aspect mythique et distant du personnage de Delphine Seyrig… Forte d’une souplesse, mouvante, épitomé de l’économie d’effets de la rue Cambon, la pièce rend à l’actrice cet air silencieux, dévoué, toute à la fois doux et amer. Une robe éthérée entrée dans la légende — Brigitte Bardot, ayant vue Delphine Seyrig dans ‘L’Année Dernière à Marienbad’, s’habillera désormais selon les codes Chanel. 

Aujourd’hui, la maison Chanel qui survit au mythe concourt à remettre au goût du jour l’un des films les plus influents de l’histoire. Agnès Varda, Jacques Rivette, Ingmar Bergman et Federico Fellini, ou plus récemment Inception de Christopher Nolan… Nombre de réalisateurs lui empruntent concepts narratives et style visuel. En collaboration avec Studio Canal, Chanel lui redonne ainsi toute sa gloire d’origine à l’aide de la numérisation et la restauration en 4k, menées à partir des négatifs originaux.  Et tout y est: la beauté du contraste, la puissance des images d’origine du film… Des costumes quintessence du chic; la photographie et l’éclairage délicats et élégants développés par Sacha Vierny et Alain Resnais à l’aide d’un objectif Dyaliscope — tout ici témoigne du chef-d’oeuvre. Le film original a reçu un Lion d’Or il y a près de 60 ans. Le 5 septembre prochain, la version restaurée sera diffusée à la Mostra de Venise, avant sa projection en salle partir du 19 septembre 2018.

Eva Minge Haute Couture Hiver 2018-2019

defile-eva-minge-automne-hiver-2018-2019-paris-look-44.jpg

Des danseuses de ballet accompagnaient de leur mouvement éminemment gracieux des mannequins glissés dans des toilettes hautement couture — la maison Polonaise Eva Minge présentait à Paris une vision littérale de l’exercice. Dans l’atmosphère majestueuse de l’un des salons du Shangri-La Hôtel, les silhouettes évoquaient d’incroyables sculptures toutes faites de tulle, de broderie et de dramaturgie! Une collection ensorcelante éveillée par la musique de Czajkowski. 

Parsemées de teintes pastel, les robes spectaculaires et essentiellement théâtrales faisaient aussi la part belle aux fleurs et plumes d’oiseaux — mais ici, des corsets venaient enserrés la taille de façon à faire entrer le baroque du propos dans une forme de modernité. Des pièces monumentales qui content la réunion de deux mondes; l’un romantique, l’autre électrique. Deux mondes à l’image de la maison d’Eva Minge.  

Le Rouge Valentino Magistral Sur une Cape d’Opéra Haute Couture 2018-2019

_val0997.jpeg

« J’ai eu un des plus grands chocs de ma vie à Barcelone: alors étudiant, invité au théâtre de l’Opéra, émerveillé, je vis dans une loge une femme aux cheveux gris, très belle, habillée de velours rouge. Parmi toutes les couleurs portées par les autres femmes, elle m’apparut unique, isolée dans sa splendeur. Je ne l’ai jamais oublié. Elle est devenue la déesse rouge. Fabuleuse. Je crois qu’une femme habillée de rouge est toujours magnifique, elle est au milieu de la foule l’image parfaite de l’héroïne.  » L’anecdote du fondateur Valentino Garavani a sans doute inspiré à Pierpaolo Piccioli cette collection éminemment Haute Couture. 

Sous la véranda de l’hôtel Salomon de Rothschild, l’actuel directeur artistique de la maison semblait en effet vouloir renouer avec cette grande tradition. Un hommage, loin de l’écueil nostalgique, qui forge ici l’une des plus belles collections de la saison. Rythmées par la voix de Maria Callas, les belles Haute Couture 2018-2019 Valentino défilaient dans mouvement lent, glissées dans une cape d’opéra au tombé parfait, à la couleur radieuse! Ce rouge iconique épouse ainsi un jeu sur les volumes bien rare en ce moment — un carmin flamboyant qui s’éprend d’une pièce follement couture. 

Une pièce qui, comme flottant dans les airs, habille l’élégante d’une grâce sans pareille. Fruit d’un savoir-faire nécessitant plus de 1800 heures de création… Les grandes divas de l’opéra Valentino distillent ici une vision paroxysmique. Celle d’une Haute Couture 2018 -2019 qui lie opulence magistrale et travail merveilleusement bien exécuté. Une vision qui vaut à Pierpaolo Piccioli une standing ovation — Valentino Garavani lui-même s’est levé pour applaudir. 

Doria Arkoun 

Le Tailleur Arty Fendi Haute Couture 2018-2019

kim_0035.jpeg

C’est au coeur de la Bourse de Paris que Silvia Fendi et Karl Lagerfeld ont fait défiler leur collection Haute Couture 2018-2019 — une collection qui, pour la première fois, faisait la part belle aux illusions de matières. Les ateliers Romains sont parvenus à filer toutes sortes de matières de façon à les faire apparaître, à l’oeil nu, pour être de la fourrure. Mousseline imprimée et effilochée; paillettes thermorétractées et organza plissés — Fendi, maison haute fourrure, illustrait ainsi un pied de nez magistral aux idées préconçues quant à une matière désormais controversée! 

Et c’est dans l’univers de l’Orphisme — mouvement artistique du XXe siècle centré sur la couleur et le mouvement, ainsi nommé par Guillaume Apollinaire — que la maison Fendi a pioché les gimmicks de sa collection Haute Couture. A l’instar de ce tailleur arty, composé comme une mosaïque de teintes et de nuances… Une coupe somme toute classique, étayée par l’audace de la composition — de quelle matière s’agit-il? Peut être de la fourrure, des effilochés de mousseline, ou encore des combinaisons de paillette engendrant un mouvement liquide… La maison Fendi a pris soin de brouiller les pistes! 

Suivant néanmoins une composition pop et colorée, la pièce phare de la collection Haute Couture 2018-2019 s’inspire ici des oeuvres du peintre František Kupka. Un tailleur étonnant, véritable chef d’œuvre d’artisanat — une pièce illustrant la pure démonstration d’art que fut ce défilé Fendi. Un défilé poétique et inestimable, applaudi par une pluie d’invités prestigieux. 

 Doria Arkoun 

Le Smoking Façon Jean Paul Gaultier Haute Couture 2018-2019

_jpg1145.jpg

‘Smoking or not smoking’ — ainsi intitulée, la collection Haute Couture de Jean Paul Gaultier Hiver 2018-2019 flirte avec les notions de genre et de tailoring. Déjà, lorsqu’il débarque sur la scène mode au tournant des années 80, Jean Paul Gaultier insuffle un vent nouveau sur la planète — les hommes sont habillés en femmes, et les femmes en hommes. Etayant un propos depuis devenu légion, cette collection Haute Couture puisait dans le répertoire même de sa maison les éléments d’un Smoking réinventé pour la femme d’aujourd’hui. Jamais à court d’humour, Jean Paul Gaultier coupe ici le smoking dans une approche mêlant tuxedo, drapé d’opéra et fez perlé! 

L’introduction des fez dans l’univers Gaultier remonte à l’un de ses premiers défilés… Après avoir vu Stephen Jones vêtu d’un superbe fez dans l’émission Culture Club, Gaultier voulu l’inviter à défiler. Mais, Stephen Jones refusa — à la place, le chapelier lui propose de réaliser des fez pour sa collection. La semaine passée à Paris, les fez ont une nouvelle fois accompagné des silhouettes audacieuses et éminemment pertinentes! En vedette, le look N°50 met à l’honneur le maître tailleur qu’est devenu Jean Paul Gaultier. Une silhouette où le smoking, déconstruit, s’accapare volumes et drapés coutures pour le plus grand plaisir des femmes en quête d’un raffinement détaché. 

Sur ce smoking, un effet drapé des plus pompeux est adoucis, voire subvertit, au contact d’une approche stricte du tailoring — mais l’effet vaporeux, lui, égaie le propos autour d’une texture noble. Une collection hautement réussie; chaudement applaudie par un par-terre de personnalités incluant Nil Rogers, Naomi Campbell, et Rossy de Palma pour qui « Jean Paul est un garçon curieux, un être magique, quelqu’un de tendre, magnifique, rêveur et toujours innocent, un plaisir, c’est l’amour! » Des qualités qui imprègnent des pièces à la désidérabilité folle. 

Doria Arkoun