Chanel Met à Nu l’Imaginaire de Mademoiselle Privée.

chanel-s-watchmakers-strip-down-_mademoiselle-privee.jpg

« Mademoiselle Privé ». Deux mots figurant autrefois sur la porte d’entrée du studio de création de la rue Cambon. Derrière, l’intimité d’un univers : le lion, l’étoile filante, le camélia, tout est là, entourant Gabrielle. Ses emblèmes.

Chanel n’en finit pas d’inspirer CHANEL ; les traces poétiques de sa vie s’ancrent aujourd’hui dans une collection de garde-temps, baptisée Mademoiselle privée. Ralliant la Haute Joaillerie aux métiers d’art de l’Horlogerie, la collection est un écrin, un joyau qui met en lumière le diamant impénétrable qu’était Coco.

Sous le doigté des plus grands artisans sertisseurs, graveurs, ciseleurs, cette collection conquiert le territoire de l’expression des savoir-faire. Le camélia prend ainsi de subtils reflets lorsque, paré d’une précieuse marqueterie de nacre blanche, il tournoie en petite seconde. Les constellations, le majestueux lion resplendissent en émail Grand Feu bleu diaphane. La plume, ornée d’un dégradé de saphirs roses et de diamants, jaillit sur l’oeil comme virevoltante. Comble de volupté, les scènes des paravents chinois de Coromandel qui aujourd’hui encore tapissent les murs de l’appartement trois-pièces de Gabrielle Chanel, sont sublimées sur des miniatures en émail Grand feu par la technique de Genève. Une minutie qui comble la jouissance de l’esthétique par des sertis de neige en diamants parsemés sur les coffrets.

Une collection « Mademoiselle Privé », indéfiniment Chanel.

L’Or au Poignet

50c1fa783c9d7.jpg

Pépites, lingos, paillettes sans oublier les montres. L’or est partout mais surtout aux poignets de ces demoiselles. Ne perdez pas une minute, l’heure est à l’étincelant. L’or fascine, une attraction presque indicible pour le plus précieux des métaux. Il faudra désormais dire « Diamonds and Gold Are a Girl’s Best Friends ».

The Britain de Burberry

50a6282b67f2e.jpg

The Britain est l’incarnation de notre riche héritage britannique.”

C’est en ces mots que Christopher Bailey évoque “The Britain”, collection horlogère de Burberry créée à l’occasion des 156 ans de la marque.

Après l’iconique trench-coat, créé en 1914 par Thomas Burberry, pour répondre à la demande de l’armée de sa Majesté, Christophe Bailey reprend les codes qui ont fait le succès de la maison afin d’inscrire la « trench-watch » dans la tradition de Burberry.

Lancée lors de la Fashion Week de Londres, pendant la présentation de la collection Printemps/Été dans la nouvelle boutique de Regent Street, The Britain a tout pour séduire aussi bien les hommes que les femmes. Collection de montres au design raffiné, les différents modèles marient audacieusement l’élégance et la fonctionnalité si propres au célèbre trench-coat dont ils s’inspirent tous. De la lunette en forme de boucle D-ring à la palette de couleurs en passant par le sens du détail, Burberry met le même soin à la création de ces montres qu’à la confection de son trench-coat.

Fidèle à son trench-coat, Edward VII aurait certainement succombé à The Britain et ordonné « Que l’on m’apporte ma trench-watch ! »

 

La Montre Première Triple Tour de Chanel

50a6244e4a129.jpg

La montre Première de la maison Chanel ne cesse de se métamorphoser. Et, sa nouvelle morphologie, que procède un bracelet triple tour en céramique et en acier, n’est pas sans rappeler les allégories glissées par Gabrielle Chanel dans l’ensemble de son vestiaire.

« Etinceler », tel semble être le maître mot de la ligne : un cadran acier serti de 52 diamants taillés dans la pure tradition qui, sur fond noir ou blanc laqué, prennent toute leur dimension. Dans cette nouvelle version, le garde-temps se veut moderne, un brin stylisé, de quoi mettre en avant un discret caractère mêlant touches rétros et design moderne, certes, avant tout raffiné. Elle enveloppe délicatement la finesse du poignet féminin par le biais d’un bracelet maillon étrangement semblable à la lanière du 2.55.

Seulement, c’est un voyage à travers Paris et sa légende que lègue au regard la montre Première : tiré des proportions géométriques de la Place Vendôme, son boîtier octogonal n’est pas sans rappeler l’essence de la maison – le bouchon de l’inévitable n°5. Refermé d’une glace saphir à pans coupés, la montre Première est à son tour pionnière : aucun chiffre n’est indiqué, laissant le nom Chanel masquer le flou du temps. Et, une seconde suffit à la reconnaître.

La Nouvelle Montre Classic Fusion Squelette de Hublot

HublotClassicSquelette.jpg

En cette nouvelle année, la célèbre maison Hublot décline l’un de ses modèles emblématiques, à qui un an a suffi pour devenir une icône de l’horlogerie : une montre extra-plate squelette, la Classic Fusion. Présentée l’année dernière à Bâle, d’abord en King Gold et en titane, la Classic Fusion Squelette a, ensuite, été habillée d’un boîtier élégant, d’un diamètre de 45 mm, tout en céramique noir, poli, et satiné. Un profil plus fin, plus classique, associé au design « dark » aux finitions graphiques, qui reste fidèle aux codes Hublot. 

Accessoire authentique, cette montre est équipée du nouveau mouvement CLASSICO de Hublot (HUB1300), entièrement conçu et développé dans sa manufacture à Nyon. D’une épaisseur de seulement 2.90 mm, le boîtier laisse apparaître ses 130 composants. Quant au cadran, la petite seconde à 7H et les aiguilles répondent à l’esthétique des toutes premières montres Hublot – un joli clin d’œil à l’art de la fusion. Le garde-temps finit de se démarquer par un bracelet dont la boucle déployante en alligator noir est cousue sur caoutchouc. Le résultat ? Un porté des plus agréable ; une résistance augmentée. 

Cette montre est sans conteste racée et contemporaine, sans pour autant se renier. Avec ce modèle, la marque réinterprète l’ADN de Hublot, à travers le principe de Fusion, initié par Jean-Claude Biver : la Fusion via l’Art Horloger traditionnel associée à la Fusion de matériaux inédits comme l’or et la céramique, le kevlar et l’or rose, le tantale et le caoutchouc ; puis, la Fusion de mouvements lie la tradition horlogère suisse et l’Art Horloger du XXIème siècle. Le tout se fait en préservant le design unique et l’harmonie intemporelle des montres Hublot. Bijou oscillant entre classicisme de l’extra-plat et design dynamique et contemporain de son propre « look black », cette montre est un bel exercice de style, qui illustre, sans détour, la métaphore de la Fusion.

La BR S White Ceramic Phantom par Bell & Ross

icon_icon_brs_white_ceramic_phanotm_bell_and_ross_luxury_timepiece.jpg

Volonté, ambition, passion : ainsi, Bell & Ross a fait du temps l’allié des professionnels de l’extrême. Éprise de perfection, elle répand son savoir-faire dans des montres aux lignes épurées, d’une irréprochable fiabilité.

Fidèle à ses origines aéronautiques, Bell & Ross ouvre son credo à un éclectisme scintillant : la BR S White Ceramic Phantom est une création audacieuse, plus légère, plus urbaine, bref, plus féminine. Sans tapage, avec glamour et fraîcheur, le garde-temps suscite émoi et admiration. Cette magnificence de l’élégance se cristallise autour d’un cadran blanc virginal en céramique, tout en discrétion. Immaculée à la perfection, sa couleur blanche monochromatique entame un périple ambitieux : le choix extrême d’une désirabilité insoupçonnée.

Belle de jour, puisqu’elle se pare d’un antireflet, permis par son verre en saphir ; ravissante la nuit, puisque son revêtement photo-luminescent permet une totale lisibilité du cadran. Combinaison parfaite d’une montre d’exception : un esthétisme souverain associé à une redoutable conformité. Le bracelet innove dans sa conception où des maillons en céramique s’articulent autour d’une bande de caoutchouc élastique pour optimiser la résistance.

Une montre au caractère affirmé, à l’attitude décomplexée, voilà ce que Bell & Ross offre à toutes les convoitises féminines.

La Tank Folle de Cartier

tank-folle-cartier-timepieces-luxury45-1-1-1-1.jpg

En signe de réminiscence donc, car c’est en contemplant le char d’assaut Mark I de l’armée britannique, avec son corps blindé cerné par deux chenilles que Louis Cartier eu l’idée de créer cette montre.

Véritable emblème de sophistication, séduisante et à l’allure fuselée, elle se porte au poignet des personnalités de toutes les époques : Andy Warhol, Jackie Kennedy, Jacques Chirac, Alain Delon ou encore Michelle Obama pour ne citer que les classiques en passant par Madonna, Anna Wintour ou Simone Signoret. Comme Pierre Rainero, directeur de l’image et du Patrimoine chez Cartier, le souligne : « c’est à cela que l’on reconnait un modèle fort : il est possible de le transformer tout en restant fidèle à son dessin d’origine ».

En parfait travailleur de la forme, Cartier pare sa Tank Folle d’or gris serti de diamants, arborant un délicat bracelet en toile brossée enluminé d’un cadran effet soleil, de chiffres romains et d’aiguilles glaives en acier bleui.  Joyau aux libres courbes, son bijou de poignet perpétue l’extravagance fantaisiste de la montre Crash, digne d’une pièce d’Alice aux pays des Merveilles. Ce garde-temps ne se contente pas de donner l’heure : véritable chef-d’œuvre au dérèglement précieux, il ne se décline qu’en 200 exemplaires numérotés.

 La montre Tank n’a pas fini de s’affranchir des codes pour nous surprendre toujours plus !

 

La Seamaster Planet Ocean

50ad0afaef845.jpg

Skyfall, 23ème opus de la saga James Bond, dont la sortie est prévue le 26 octobre, signe la septième performance d’un agent très secret et de son garde-temps, Omega. À cette occasion, la Maison suisse lance la Seamaster Planet Ocean 600m « Skyfall » Limited Edition.

Entièrement vouée à son mentor, cette reine des mers atteint allègrement les 600 mètres de profondeur sous-marine. Irréprochable, elle jouit également d’une résistance incroyable aux chocs et aux perturbations, grâce à l’association de deux prouesses techniques, le spiral Omega Si14 en silicium et le mouvement Co-Axial 8507. Habile et sportive, la Seamaster Planet Ocean 600m « Skyfall » Limited Edition marque les esprits en étant d’une époustouflante élégance. Riche d’une singularité aux multiples références, ce modèle accroche sa notoriété au poignet de l’agent James Bond. En témoignent le rotor gravé de l’inscription Skyfall 007, en laqué noir, ainsi que la boucle du bracelet, clin d’œil estampillé 007. Luxuriant et sobrement chic à la fois, le cadran nous laisse admirer son mouvement grâce à son verre saphir.

Le plus secret des agents et la Seamaster Planet Ocean 600m « Skyfall » Limited Edition formeront, sans aucuns doutes, le plus beau des duos emblématiques, laissant dans leur sillage un doux parfum de réussite et de prestige.

La Cape Cod d’Hermès

icon_icon_hermès_cape_cod_watch1.jpg

Hermès a fait du luxe humble sa marque de fabrique. Le maroquinier du Faubourg a pour habitude de nous servir des objets délicats, chics, d’une qualité sublime, symboles d’un luxe à la française. La montre Cape Cod, créée en 1991, s’inscrit dans cette droite lignée. Une icône de plus de la griffe H.

Style classique ? Pas vraiment. Ornée d’acier, la sobriété et l’élégance se dégagent d’un contour double tour initié par Martin Margiela en 1998, alors styliste pour la maison. Un bracelet en cuir tourbillonnant donc, trempé dans une matière noble et pure, révolutionnant ainsi la montre en conférant à son bracelet l’apparat du bijou, véritable signature Hermès. Un écran blanc, épuré où des aiguilles argentées orientent une envie de regarder l’heure, plus souvent… Mirer sa montre, le pas pressé, la regarder parce qu’elle est belle mais surtout pour déceler le mystère du temps si longtemps emprisonné.

La Cape Cod est douce à porter et jamais ce bijou horloger ne se démode. Plus fort encore, elle épouse le poignet de toutes générations. La vie est éternité et, l’éternité sert à la réalité. Le temps est un présent légué par la Cape Cod. Cape Cod, un nom hérité du cap de la côte Est des États-Unis, de quoi célébrer, une fois encore, l’attachement de celle qui fut la première montre bracelet au nouveau monde.