Acqua Di Parma, Le Rituel Beauté Au Masculin

Esprit solaire tout Italien, Acqua Di Parma complète son offre beauté à coup d’élégance éclatante — une nouvelle poudre de savon Blu Mediterraneo, et Barbiere, le nouveau rite de rasage.

On connait d’Acqua Di Parma l’iconique Colonia — fragrance emblématique née de la quête du fondateur, Carlo Magnani, pour un parfum qui n’existait pas encore. Cette année, la maison reprend toute la fougue de cette senteur capturée depuis les années 30 dans son flacon Art Déco doté d’un bouchon en bakélite noire. L’idée: proposer un rituel beauté doux et ardent aux hommes du nouveau siècle.

Puisque la masculinité se pose à présent dans des termes différents, voici qu’Acqua Di Parma pense l’association raffinée de senteurs et d’huiles essentielles… pour, comme elle aime à dire, souffler un air de Méditerranée dans les gestes du quotidien. Avec Barbiere, la signature olfactive Acqua Di Parma se mue en plaisir sensoriel — fonctionnel et généreux. Au sein de cette gamme, une huile de rasage pareille à une douce crème. Légère, elle optimise la glisse du rasoir, pour un résultat net et précis. L’émulsion après-rasage vient, elle, adoucir et hydrater la peau en profondeur. À base d’huile de grenade, d’huile de citron et d’extrait de basilic, la gamme se fait solaire et raffinée!

Acqua Di Parma est connue pour exceller dans la simplicité. Avec la nouvelle poudre de savon Blu Mediterraneo, la maison Italienne propose d’allier délicatesse et précision dans une série de concoctions. Chaque composition étant une essence inspirée d’un lieu iconique de la Méditerranée, voici donc Arancia di Capri et ses notes d’orange, de mandarine et de citron. Chinotto di Liguria et son parfum vif et frais travaillant le fruit rare du chinotto. Fico di Amalfi et son arôme aussi stupéfiant qu’est la côte Amalfitaine. Et enfin, Bergamotto di Calabria; ses notes de fruit doré soulignent la force et l’intensité de la Calabre! Une collection toute en senteurs et pureté, venant donner un souffle très Italien au rituel de beauté masculin.

AIKON par Maurice Lacroix Se Dévoile En 35mm Et Version Mercury

Lancée dans sa version quartz en 2016, AIKON de Maurice Lacroix détonne cette fois en 35 mm automatique. Quand elle n’éblouit les connaisseurs avec le mécanisme de sa version Mercury.

Derrière son nom, la volonté du Managing Director depuis 2014, Stéphane Waser, d’ajouter un produit identitaire au répertoire. « En 2014, à force de voyages, beaucoup de personnes nous disait ‘Faites une Calypso. Faites une Calypso…’ On a donc refait quelques designs et on a tout de suite vu qu’on avait beaucoup de potentiel. Le langage de design de cette pièce était vraiment intéressant. Il y a de la matière. » Mais voilà, la Calypso en tant que telle est un brin minimale pour notre époque. C’est ainsi qu’en partant du design iconique de cette montre vedette Maurice Lacroix des années 90, la maison est parvenue à AIKON.

Un nom qui claque, traduisible phonétiquement dans toutes les langues, un graphique qui intrigue — tout est en place pour en faire une icône. Ses lignes directement inspirées de la Calypso, c’est d’abord dans son format 35mm automatique que la AIKON les fait plus pertinentes. Une montre féminine au charisme bien tranché, la AIKON 35mm détonne avec ses maillons. Son ouverture papillon. Tantôt en duo-chrome ou piquée de clou de Paris, la AIKON 35mm brille par une franche subtilité!

Mais la AIKON de Maurice Lacroix flirte aussi avec le rêve de tout à chacun, celui de suspendre le temps. La AIKON Mercury révèle ici tout le savoir-faire de Maurice Lacroix: un mouvement inédit, jouant de la gravité, pour, à l’envie, suspendre la course du temps. « On aurait pu être très horloger dans le sens développer des tourbillons et des répétitions minutes. Mais ce n’est pas l’esprit Maurice Lacroix. On a donc abouti à ce mouvement non seulement technique mais surtout à l’aspect très poétique » précise Stéphane Waser. Il est vrai qu’une montre qui permet de sortir du temps a tout pour devenir l’icône d’une nouvelle ère!


Le Yatch Club De L’Hôtel De Crillon

Ou quand un yacht improbablement arty accoste au légendaire 10 place de la Concorde.

C’est le genre de terrasse qui pop-up joliment en été — l’Hôtel de Crillon, lieu emblématique de la vie Parisienne, accueille jusqu’en Octobre prochain un bien drôle de yacht. Accosté au coeur de la Cour Gabriel. On retrouve derrière la manoeuvre aussi folle que délicieuse, la direction artistique d’Alexandre Benjamin Navet. Une scénographie théâtrale aux couleurs vivantes qui vient en fait célébrer le centenaire du Negroni.

Cocktail iconique de la Dolce Vita, voici qu’à Paris, le Negroni sert de prétexte à une métamorphose onirique — un écho facétieux aux souvenirs d’escapades en bateau au bord des criques turquoises de la mer Adriatique! Durant quelques mois, le Chef Exécutif de l’Hôtel de Crillon Boris Campanella et ses brigades concocteront ainsi un menu pareil à une parenthèse enchantée… Il suffit de fermer les yeux, de goûter pour entendre la mer chuchoter son éternelle poésie. En bouche, pâtes ‘à la serviette’, tresses de mozzarella, poulpe grillé, culatello di Zibello tranché à la minute, sans oublier une coppetta di gelato maison… Le tout pour accompagner le plus emblématique des aperitivo Italiens!

Legacy Store S’Installe à l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris

Au 46 avenue George V, Legacy Store signe une boutique spécialement conçue pour l’hôtellerie de luxe — un store nouvelle génération.

On retrouve derrière Legacy Store le duo Sébastien Chapelle et BOW Group — le premier, ancienne tête pensante du pôle horlogerie et high tech chez colette, a cette fois su imaginer une boutique pour le futur, lovée dans un écrin de prestige. « J’ai toujours rêvé de créer une expérience unique pour les visiteurs du monde entier, leur permettant de découvrir des créations exclusives dans des lieux mythiques. »

Il est vrai que l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris a tout du lieu historique. D’abord en ce qu’il s’inspire de la brasserie mythique Le Fouquet’s, fondé en 1889. C’est là que, par exemple, le pionnier des pilotes, Alberto Santos-Dumont célébra le 23 juin 1903 son premier vol libre motorisé. Celui qui inspira à Cartier la non moins mythique montre Santos, est le premier à faire du Fouquet’s le lieu de rendez-vous du Tout-Paris.

Alors si aujourd’hui Legacy Store s’associe à l’Hôtel Barrière Le Fouquet’s Paris, c’est que l’innovation est de taille. Dans les alcôves du rez-de-chaussée, c’est l’ambiance boudoir comme dessinée par le décorateur Jacques Garcia, qui accompagne avec le charme d’antan un concept inédit — une expérience personnalisée et authentique. Comme un trait d’union entre labels les plus pointus du moment et l’univers historique de l’hôtel classé Monument Historique. Au programme? Une sélection de pièces exclusives, des créations recherchées dans les univers du high tech, de l’art de vivre, de l’horlogerie, de l’accessoire et de la joaillerie — le tout accompagné d’éditions limitées et de collaborations exclusives; parfois contées dans de beaux livres.

Hennessy Paradis Imperial: Une Carafe Signée Arik Levy; Un Ecrin Signé Louis Vuitton

Hennessy dévoile son assemblage d’exception dans une carafe audacieuse, glissée dans un écrin iconique — une malle Louis Vuitton soulignant la rencontre de savoir-faire hors norme!

C’est en 2011 que la maison Hennessy a pour idée de rassembler ses cognacs rares dans une collection sans pareille. Hennessy Paradis Imperial est née de cette envie de partager avec le monde l’Art de la Sélection. C’est que le Maître Assembleur chez Hennessy ne se contente de mêler les eaux-de-vie. Non. Il les guide patiemment vers leur apogée, autrement appelée ‘le point d’élégance’. Un moment décisif où l’eau-de-vie est prête à entrer dans la composition de l’assemblage. Et c’est évidemment l’assemblage Hennessy Paradis Imperial dont on parle ici.

Pour mettre en bouteille cet équilibre audacieux et délicat, Hennessy a cette fois fait appel au prodige du designer Arik Levy — sa nouvelle carafe? Taillée en cristal, elle révèle cet assemblage exceptionnel autour de sa couleur dorée; capturant la lumière et ses subtiles variations dans un prisme plus qu’habille. « Ma volonté en tant qu’artiste est de raconter une histoire avec précision. Pour Hennessy Paradis Imperial, j’ai puisé mon inspiration dans l’ADN de la Maison et la précision dans Hennessy Paradis Impérial. J’ai formé la carafe comme un prisme afin que le cristal devienne une combinaison précise de courbes et de tensions. »

Mieux, en s’inspirant des outils utilisés par le Comité de Dégustation de la Maison Hennessy, Arik Levy a voulu penser autrement le rituel de service. Il a donc inclus des gants, des fioles en cristal pour en mesurer l’exacte dégustation, une corolle de service et des verres tulipes en cristal… Et ce n’est pas tout puisque c’est dans une malle spécialement imaginée par les ateliers Louis Vuitton que viennent se nicher tous ces éléments! Comme un hommage ultime à la précision et à l’innovation, la malle préserve donc 4 magnums de Hennessy Paradis Imperial ainsi que le rituel de service. Une façon esthétique et sublime d’incarner la quête contemporaine pour des pièces d’exception — et il faut dire que déguster ainsi le nouvel assemblage Hennessy Paradis Imperial compte assurément comme une expérience unique!

Les Andy De Berluti

Souliers iconiques dessinés par et pour Andy Warhol, les Andy incarnent le « made in savoir-faire » de Berluti.

Précurseur du prêt-a-chausser de luxe; créateur des premiers escarpins à lacets, Berluti brille dans le monde entier de par ses souliers ‘made in savoir-faire’. Depuis 1895. Fabriqués quasi-exclusivement dans un cuir ‘’Venezia’’, réputé pour sa souplesse et son appétence pour les couleurs, tous les souliers sont réalisés à la main dans les ateliers de la maison. En prêt-à-chausser ou sur-mesure, le client adopte son modèle ‘’nu’’, à savoir sans patine ni coloris. Berluti a ainsi su se démarquer des maisons concurrentes en proposant des souliers aux chaussants incomparables — souliers dont les formes avant-gardistes sont bien souvent considérées comme des œuvres d’art. La chaussure ici devenue un véritable objet d’art vivant, c’est avec le temps qu’elle révèle sa véritable identité : celle de l’homme qui l’habite. Une dimension charnelle du mocassin qui, en 1962, ravit un certain Andy Warhol.

Lorsqu’il gravit les marches de la boutique du 26 rue Marbeuf à Paris, c’est pour y commander une paire de mocassins dessinée par ses soins. Encore inconnu du grand public, Warhol entre avec l’idée d’un mocassin classique mais à bout carré. Il en dépose le croquis mais voilà, il repart sans laisser d’acompte. C’est alors que Talbinio Berluti, directeur artistique de la maison, décide de se débarrasser du croquis avant qu’Olga Berluti, encore simple apprentie, en prenne possession. Contre l’avis de sa famille, elle confectionne elle-même les souliers à partir de peaux de récupération. La légende veut qu’elle s’aperçut trop tard que le cuir choisi fut marqué d’une grosse veine sur l’un des deux plateaux…

Défaut usuellement rédhibitoire, elle explique au Pape du Pop Art que le cuir utilisé provenait d’une vache transgressée qui se frottait aux barbelés. Ces mocassins, d’un modernisme inouï pour l’époque, furent la première création d’Olga — et Andy en tomba littéralement sous le charme. A l’époque seule femme bottier au monde, son mocassin Andy demeure aujourd’hui le modèle le plus iconique de la maison parisienne. En 2012, pour les cinquante ans du modèle, la maison lançait une collection spéciale rendant hommage au modèle clé de son répertoire. Riches de leur histoire et de leur notoriété, les Andy demeurent les mocassins les plus chers ainsi que les plus désirés au monde. Il est donc tout naturel pour l’actuel directeur artistique de Berluti, Kris Van Assche, d’injecter aux Andy une bonne dose de Pop — à l’instar de sa collection Printemps/Eté 2020. Une telle icône est un plaisir à réinventer!


Château d’Yquem : Dans Un Verre, la Grandeur D’Un Vin Français

L’histoire d’un grand vin Français, devenu le plus prestigieux au monde — Château d’Yquem, ou l’excellence depuis quatre siècles.

Il faut aller dans le Sauternais, petite région sublime, nichée dans la vallée de la Garonne. Il faut aussi un micro-climat sourcilleux, mais fort bien administré, pour découvrir le Château d’Yquem et son raisin. Le domaine, vieux de quatre siècles, est grand de 170 hectares. Là, la vigne est traitée en princesse ; elle ne reçoit aucune chimie et ses grappes sont inspectées puis cueillies à la main, dans le respect d’une tradition ancestrale. Héritée sur douze générations! On y trouve deux cépages Français de légende : le Sémillon et le Sauvignon. Soumis à une météorologie très singulière, et associés à une variété de sol exceptionnelle — Yquem est ce vin liquoreux, à la fois chaud et léger.

Humer sa robe couleur or c’est s’emplir d’effluves intenses de fruits mûrs (mirabelle, abricot) et de fruits secs (figue, coing). Le célèbre nectar donne également à sentir quelques notes exotiques de mangue et d’épices qui forment des parfums subtils et chatouilleurs, comme aime à dire Pierre Lurton, chef de cave Yquem. En bouche son amplitude est incomparable, car ce vin déploie de l’opulence. Et puis il y a tout du raffinement complexe qui trouble : une infinie suavité, un velours de caractère mais délicat, une exquise douceur qui finalement l’emporte…

Château d’Yquem est le seul premier cru supérieur de tous les crus classés de Sauternes, en 1855 par Napoléon III. Sa soumission à la nature, c’est-à-dire au climat capricieux faisant loi sur ses coteaux, fonde sa préciosité, son excellence et son caractère exclusif. Une année sur dix en moyenne, le domaine, insatisfait du résultat donné par son vignoble, renonce à mettre en bouteille sa récolte. C’est faire le choix d’adosser pour toujours le nom d’Yquem à une exigence qualitative rarement observée ailleurs. Ce vin hautement prestigieux est une incarnation du luxe Français; un savoir-vivre à part. Ce qui remplit un verre dans lequel on verse cette sève magique, ce liquide harmonieux, cette boisson si douce pour le regard, c’est probablement la grandeur.

Un vin mythique est un vin qui provoque à tous les coups des émotions. Pour nommer quelques palais ayant vibrés sur ces notes, celui de Louis XIV, Napoléon III ou encore Thomas Jefferson qui, après une visite en France en 1787, écrivait qu’il s’agit là du meilleur vin blanc Français. Avant d’en commander pour son Général: « J’ai persuadé notre Président, le Général Washington, d’en essayer un échantillon. Il vous en demande trente douzaines, Monsieur, et moi, je vous en demande deux douzaines pour moi-même… » Visiblement, l’échantillon a depuis fait légion puisque Château Yquem compte parmi les vins les plus prestigieux et iconiques de l’histoire!

Le 30 Montaigne, Nouvel Icône Dior

C’est l’histoire d’une adresse devenue du jour au lendemain l’épicentre mondial de la Haute Couture — aujourd’hui, le 30 Montaigne devient un sac.

Le 16 décembre 1946, quelques mois avant la révolution du New Look, le superstitieux qu’est Christian Dior choisit le 30 de l’avenue Montaigne pour installer ses ateliers. Il confie alors la décoration du lieu à Victor Grandpierre — les mots d’ordre: sobriété et élégance. L’idée: permettre aux seuls dessins et silhouettes de Christian Dior d’enthousiasmer l’oeil et les dames.  « Un bureau de rêve et un refuge pour des choses merveilleuses. » C’est ainsi que le fondateur de l’une des maisons ayant fait la renommée de la Haute Couture Parisienne après la Seconde Guerre Mondiale, aimait à définir ses ateliers du 30 Avenue Montaigne.

Et l’on connait la fascination de Maria Grazia Chuiri pour les codes et l’histoire de la maison Dior. Ainsi en Février dernier, en même temps qu’elle introduisait au monde la collection Automne/hiver 2020, l’actuelle directrice artistique a saisi l’occasion pour en célébrer l’antre même. L’hôtel particulier du 30 Avenue Montaigne avait en effet inspiré à Monsieur plus d’une signatures — des chaises à dossier médaillon aux cannages en passant par le gris Trianon et la toile de Jouy. Voici que le sac 30 Montaigne honore l’âme de la maison Dior. Floqué des initiales CD, le sac repend l’allure sobre mais graphique de la couture Dior. Un sac idéal tantôt habillé de la mythique toile Dior Oblique, ou de bleu et de bordeaux — tout fait du luxe discret si cher à la maison léguée par Monsieur!

Le Prix Diane Longines, Course Hippique Et Glamour Iconique

Le Prix Diane Longines, Course Hippique Et Glamour Iconique

2019 marque la 170ème édition du derby de pouliches le plus distingué au monde — Le Prix De Diane Longines, une consécration auréolée du glamour d’antan.

Le 16 Juin prochain, c’est une nouvelle fois sur le magnifique domaine de Chantilly que les pouliches âgées de 3 années viendront du monde entier pour disputer l’une des courses les plus prestigieuses. Couru en 2019 pour la 170ème fois, le Prix de Diane tient de la vraie consécration. D’abord en ce que toutes les grandes championnes se sont distinguées sur l’hippodrome de Chantilly. Highclere, pouliche appartenant à la Reine d’Angleterre, fut par exemple sacrée en 1974. Ensuite parce que le Prix de Diane a su maintenir, pour la faire revivre, une tradition aussi vielle qu’iconique.

En effet, chaque deuxième dimanche du mois de juin où il se tient, le Prix de Diane donne lieu à un véritable concours d’élégance. N’ayant aucun dress-code à strictement parler, les fantaisies et autres folies-élégantes sont plus que les bienvenues. Il faut dire qu’après avoir été ‘marié’ à la maison Hermès durant 25 ans, c’est désormais Longines qui veille à la bonne tenue de ce rendez-vous hautement iconique. Ainsi, le pique nique dominical aux courses retrouve son charme et sa sophistication d’antan; tandis que les femmes concourent au prix Mademoiselle Diane par Longines, faisant tinter leur coupe de champagne autour d’un déjeuner concocté par Fauchon.

Mais ce n’est pas tout. 30 000 spectateurs se réunissent ainsi chaque année pour assister au couronnement d’un jockey. Le plus récompensé reste aujourd’hui encore Yves Saint-Martin, véritable légende du hippisme Français. Cinq victoires à Chantilly, avec notamment La Sega (1962), Allez France (1973), et Madelia (1977). De Coco Chanel en passant par Jean Cocteau ou aujourd’hui Aishwarya Rai, nombre de gens de goûts et d’esthètes ont ici foulé l’herbe tendre du domaine de Chantilly. Assistant avec beaucoup de plaisir et de malices à ce rendez-vous mêlant habillement Haute Couture et courses effrénées! Rendez-vous donné le 16 Juin prochain pour une nouvelle édition, qui annonce avec douceur sa sophistication.

Le Panama, des Villages de l’Équateur à Roland Garros

Comment un chapeau né dans les champs d’Amérique du Sud est devenu le itdes tribunes  VIP du très chic Roland Garros !

Roland Garros est le théâtre de mondanités à l’élégance inégalée – aussi courus que les terrains de terre battue, les gradins font l’objet d’une attention toute particulière de la part de photographes venus du monde entier. Il faut dire que les stars et autres personnalités y affichent plus d’un amours naissants. Et sur leur tête, toujours, le panama devenu iconique. Avant d’atterrir sur les gradins de l’événement sportif le plus chic de la galaxie, le panama est déjà l’objet de céramiques datant de 4 000 ans avant J.C. En Equateur, son pays d’origine, ce chapeau de paille tressée fait partie intégrante du costume traditionnel. La pièce sert principalement au travail des champs.

Lorsque les Espagnols débarquent sur les côtés Amérindiennes, ils ne s’y trompent guère.  Au XVIe siècle, fascinés devant une telle finesse de tissage, les voilà convaincus qu’il s’agit de pièces confectionnées à partir d’ailes de chauves-souris ! En réalité, les natifs ont su développer une fibre végétale appelée ‘Pajamocora’; extraite d’un  palmier qui ne pousse qu’en Equateur. Forts d’une grande habilité quant au travail de cette fibre, les natifs de la région sont parvenus à composer une pièce d’une blancheur exceptionnelle. Sa finesse et sa souplesse font aussi et surtout du panama un chapeau capable d’être roulé, plié, rangé sans jamais en abîmer l’attrait. Dès 1850, plus de 200 000 panamas s’exportent chaque année vers les États-Unis. Pratique, le chapeau séduit les Européens qui le  découvrent en 1855, à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris…

1906, alors en visite sur les chantiers du canal de panama, le président Roosevelt l’arbore pour adopter la tenue des ouvriers Équatoriens – il n’en faut pas plus pour l’ennoblir. Depuis, on le voit protéger du soleil les présidents et têtes couronnées du  monde entier,  les  plus grands acteurs et actrices Hollywoodiens comme Humphrey  Bogart ou Sean Connery. Et très souvent, cela se passe à Roland Garros.

Sobre, élégant et léger, il est ainsi devenu un indispensable du tournoi – un tournoi où le tennis se pratique avec chic et décomplexion! Leonardo DiCaprio, Pippa Middleton, Elsa Zylberstein, Jean Dujardin,  Hugh Grant et Jean Paul Belmondo; les plus grands matchs du tournoi Parisien se passent depuis longtemps déjà sous l’oeil attentif des stars… «On remarque que la seconde semaine du tournoi, le public est de plus en plus élégant. Paris est reconnu pour cette French touch » assure Edouard Bardon, responsable de la griffe Roland-Garros. Un chic-discret parfaitement incarné dans le panama. Une pièce iconique du tournoi Français, qui, cette année plus que jamais, assure la continuité lors même que le physique du stade, lui, est en plein bouleversement.